Rêves électriques : Belstaff apporte son soutien aux jumeaux Turner dans leur voyage éco-responsable au cœur de la péninsule ibérique

Dans leur nouvelle mission qui consiste à atteindre tous les pôles d'inaccessibilité de la planète, ces deux frères aventuriers mettent à l'épreuve les motos high-tech et éco-responsables de la marque Zero Motorcycles.

Les aventuriers contemporains s'inspirent souvent du passé. Même si marcher sur les traces, parfois littéralement, de Shackleton et d'Hillary mérite le respect, il faut aussi se rappeler de ce que ces héros voulaient accomplir à l'époque. Ils étaient des pionniers, qui souvent se lançaient vers l'inconnu en quête de nouvelles expériences et découvertes.

Cet esprit pionnier est au cœur des expéditions des aventuriers Hugo et Ross Turner, coutumiers des premières mondiales. Leur mission la plus récente et toujours d'actualité consiste à atteindre tous les « pôles d'inaccessibilité » : des repères géographiques situés au point le plus éloigné de la mer d'un continent ou d'une masse terrestre. Ces points pourraient passer complètement inaperçus car ils ne sont indiqués par aucune signalisation ou ligne d'arrivée. Mais quand les jumeaux ont réalisé que personne n'avait atteint tous ces points ni ne les avait documentés, leur projet a commencé à prendre forme.

Pour l'instant, les jumeaux Turner ont atteint le centre de l'Amérique du Nord et du Sud ainsi que l'Australie, en moto et en paramoteur. Leur prochaine étape était le pôle ibérique d'inaccessibilité, dans le centre de l'Espagne, cette fois en utilisant les motos électriques haute technologie de la marque Zero Motorcycles.

« Nous sommes parmi les premiers à effectuer un voyage longue distance en moto électrique, et c'est certainement le cas en Europe », a commenté Hugo Turner. « Le but de ce voyage était de découvrir les capacités des véhicules électriques en dehors du milieu urbain et sur une longue distance. Avec tous ces voyages, on essaie d'offrir quelque chose en retour et de découvrir des endroits nouveaux plutôt que de les faire juste pour la gloire. »

En partant du London Transport Museum, les jumeaux portaient des bottes Endurance, un pantalon Tourmaster Pro et une veste de moto McGee en nylon et coton ciré, tous fabriqués par Belstaff. Ils ont pris la direction du nord de la France, puis ont traversé le pays, en franchissant les Pyrénées pour atteindre l'Espagne. Ce trajet de 2 335 km au total a duré sept jours.

« Que ce soit au sec à 35 degrés ou à 10 degrés sous une pluie battante dans les Pyrénées, le matériel Belstaff a fait des miracles », raconte Hugo. « Aucune fuite, nous n'avons pas été mouillés une seule fois, nous n'avons pas non plus transpiré ni eu trop chaud. Le meilleur équipement, c'est celui que vous ne remarquez pas quand vous l'utilisez. Si vous vous mettez à penser à vos vêtements, c'est que quelque chose ne va pas. Il ne faut pas avoir à y penser, et nous n'y avons pas pensé une seule seconde. »

Mais ce qui a le plus frappé les jumeaux, c'est l'absence totale de bruit des motos Zero, ce qui n'a pas manqué de surprendre les passants et les autres motards. Pour beaucoup d'amateurs de moto, le bruit et le rugissement du moteur à essence représentent en effet la moitié des sensations fortes. Mais pour les jumeaux, cette discrétion a créé une expérience étonnamment « intime », qui leur a offert un rapport plus intime avec la route et l'environnement.

Angela Hartnett Belstaff Experience video

Angela Hartnett Belstaff Experience video
Durée de la vidéo
Niveau sonore

La popularité des voitures électriques et hybrides n'a cessé de croître au cours des dernières années, mais les motos sont restées largement en retrait. Née en Californie, la société Zero Motorcycles s'est donné pour mission de changer la donne, avec une technologie et des références écologiques impressionnantes, et des motos à la fois élégantes et exceptionnellement performantes.

« La performance des motos était incroyable, je n'ai pas de mots pour la décrire », raconte Hugo. « La vitesse, le répondant, la maniabilité… Vous pouvez passer de 50 à 130 km/h en quelques secondes. Elles sont vraiment rapides. Elles sont également très faciles à personnaliser, car vous pouvez connecter votre moto à l'appli Zero pour modifier ses paramètres. Ce fut une expérience super agréable. »

Même si les machines étaient puissantes, pour couvrir de longues distances, les jumeaux ont trouvé parfois frustrant d'avoir à calculer le kilométrage ainsi que le temps et l'emplacement des bornes de recharge. Au cours de ce voyage de sept jours, ils ont chargé leur moto 27 fois, ce qui leur a pris environ 59 heures.

Pourtant, Hugo se montre d'un optimisme modéré quant au fait que la technologie électrique soit la voie du progrès et ajoute que le coût du voyage pour la totalité de cette aventure s'élevaient à environ 20 £ chacun.

« Les trajets longue distance en moto électrique sont tout à fait faisables et font actuellement l'objet d'investissements considérables. Une fois que toutes les infrastructures seront place, cela fera doucement boule de neige. »

Après s'être frayé un chemin à travers les impressionnantes montagnes des Pyrénées (que les motos ont dompté avec aplomb), et un peu de cross-country inopiné en Espagne, les deux frères ont fini par atteindre le pôle d'inaccessibilité ibérique, situé sur une parcelle de terre ordinaire au sud-ouest de Madrid. Les jumeaux ont fêté leur réussite avec un verre de whisky de circonstance et, bien entendu, en immortalisant toute l'expérience avec une caméra et un appareil photo.

« Une grande partie de l'exploration moderne repose sur un travail de documentation », explique Hugo. Si vous ne la documentez pas, il n'y a plus rien à raconter. »

SHARE